Théâtre
Mvt littéraire (L)
Argumenter
Poésie
Roman
Réécritures (L)

Objet d'étude :
Le personnage de roman
(du XVIIe siècle à nos jours)

Problématique : En quoi le personnage de roman donne-t-il à voir un monde ?

I - Plan de travail : rappel du corpus

OI-3-1 : Étude d'une oeuvre intégrale Objet 3, séq. 1
GT 1 : le portrait
Objet 3, séq. 3
GT 2 : projets d'auteurs
Objet 3, séq. 4
GT 3 : apport culturel
La Condition humaine de A. Malraux
Pollen (Wintrebert)
 
Préface du Roman expérimental (Zola)
Incipit
Les Liaisons (Laclos)
Premières de couverture
Préfaces
May
La Disparition (Perec)
Expressionnisme allemand
et
Katow
Mme Bovary (Flaubert)
Le cinéma à l'époque de Malraux
débuts de romans
Clappique
Germinie... (Goncourt)
 
 
Excipit
La Métamorphose (Kafka)
Réécrire l'Histoire
 

 


Capsule : aide au commentaire (oral ou écrit)

II- Analyse des 5 textes :

flèche vers haut de page

Texte 1 : La Condition humaine (1933) - Incipit
(Présenté sous réserve des droits d'auteur)

Lecture analytique

André Malraux
(1901-1976)

de ''Tchen...'' à ''...Shanghaï...''


PREMIÈRE PARTIE

21 MARS 1927

Minuit et demi.           

     Tchen tenterait-il de lever la moustiquaire ? Frapperait-il au travers ? L'angoisse lui tordait l'estomac ; il connaissait sa propre fermeté, mais n'était capable en cet instant que d'y songer avec hébétude, fasciné par ce tas de mousseline blanche qui tombait du plafond sur un corps moins visible qu'une ombre, et d'où sortait seulement ce pied à demi incliné par le sommeil, vivant quand même — de la chair d'homme. La seule lumière venait du building voisin : un grand rectangle d'électricité pâle, coupé par les barreaux de la fenêtre dont l'un rayait le lit juste au-dessous du pied comme pour en accentuer le volume et la vie. Quatre ou cinq klaxons grincèrent à la fois. Découvert ? Combattre, combattre des ennemis qui se défendent, des ennemis éveillés !
     La vague de vacarme retomba : quelque embarras de voitures (il y avait encore des embarras de voitures, là-bas, dans le monde des hommes...). Il se retrouva en face de la tache molle de la mousseline et du rectangle de lumière, immobiles dans cette nuit où le temps n'existait plus.
     Il se répétait que cet homme devait mourir. Bêtement : car il savait qu'il le tuerait. Pris ou non, exécuté ou non, peu importait. Rien n'existait que ce pied, cet homme qu'il devait frapper sans qu'il se défendît, - car, s'il se défendait, il appellerait.
     Les paupières battantes, Tchen découvrait en lui, jusqu'à la nausée, non le combattant qu'il attendait, mais un sacrificateur. Et pas seulement aux dieux qu'il avait choisis : sous son sacrifice à la révolution, grouillait un monde de profondeurs auprès de quoi cette nuit écrasée d'angoisse n'était que clarté. « Assassiner n'est pas seulement tuer... » Dans ses poches, ses mains hésitantes tenaient, la droite un rasoir fermé, la gauche un court poignard. Il les enfonçait le plus possible, comme si la nuit n'eût pas suffi à cacher ses gestes. Le rasoir était plus sûr, mais Tchen sentait qu'il ne pourrait jamais s'en servir ; le poignard lui répugnait moins. Il lâcha le rasoir dont le dos pénétrait dans ses doigts crispés ; le poignard était nu dans sa poche, sans gaine. Il le fit passer dans sa main droite, la gauche retombant sur la laine de son chandail et y restant collée. Il éleva légèrement le bras droit, stupéfait du silence qui continuait à l'entourer, comme si son geste eût dû déclencher quelque chute. Mais non, il ne se passait rien : c'était toujours à lui d'agir.
     Ce pied vivait comme un animal endormi. Terminait-il un corps ? « Est-ce que je deviens imbécile ? » Il fallait voir ce corps. Le voir, voir cette tête ; pour cela, entrer dans la lumière, laisser passer sur le lit son ombre trapue. Quelle était la résistance de la chair ? Convulsivement, Tchen enfonça le poignard dans son bras gauche. La douleur (il n'était plus capable de songer que c'était son bras), l'idée du supplice certain si le dormeur s'éveillait le délivrèrent une seconde : le supplice valait mieux que cette atmosphère de folie. Il s'approcha : c'était bien l'homme qu'il avait vu. deux heures plus tôt, en pleine lumière. Le pied, qui touchait presque le pantalon de Tchen, tourna soudain comme une clef, revint à sa position dans la nuit tranquille. Peut-être le dormeur sentait-il une présence, mais pas assez pour s'éveiller... Tchen frissonna : un insecte courait sur sa peau. Non ; c'était le sang de son bras qui coulait goutte à goutte. Et toujours cette sensation de mal de mer.
     Un seul geste, et l'homme serait mort. Le tuer n'était rien : c'était le toucher qui était impossible. Et il fallait frapper avec précision. Le dormeur, couché sur le dos, au milieu du lit à l'européenne, n'était habillé que d'un caleçon court, mais, sous la peau grasse, les côtes n'étaient pas visibles. Tchen devait prendre pour repères les pointes sombres des seins. Il savait combien il est difficile de frapper de haut en bas. Il tenait donc le poignard la lame en l'air, mais le sein gauche était le plus éloigné : à travers le filet de la moustiquaire, il eût dû frapper à longueur de bras, d'un mouvement courbe comme celui du swing. Il changea la position du poignard : la lame horizontale. Toucher ce corps immobile était aussi difficile que frapper un cadavre, peut-être pour les mêmes raisons. Comme appelé par cette idée de cadavre, un râle s'éleva. Tchen ne pouvait plus même reculer, jambes et bras devenus complètement mous. Mais le râle s'ordonna : l'homme ne râlait pas, il ronflait. Il redevint vivant, vulnérable ; et, en même temps, Tchen se sentit bafoué. Le corps glissa d'un léger mouvement vers la droite. Allait-il s'éveiller maintenant ! D'un coup à traverser une planche, Tchen l'arrêta dans un bruit de mousseline déchirée, mêlé à un choc sourd. Sensible jusqu'au bout de la lame, il sentit le corps rebondir vers lui, relancé par le sommier métallique. Il raidit rageusement son bras pour le maintenir ; les jambes revenaient ensemble vers la poitrine, comme attachées ; elles se détendirent d'un coup. Il eût fallu frapper de nouveau, mais comment retirer le poignard ? Le corps était toujours sur le côté, instable, et, malgré la convulsion qui venait de le secouer, Tchen avait l'impression de le tenir fixé au lit par son arme courte sur quoi pesait toute sa masse. Dans le grand trou de la moustiquaire, il le voyait fort bien : les paupières s'étaient ouvertes, — avait-il pu s'éveiller ? — les yeux étaient blancs. Le long du poignard le sang commençait à sourdre, noir dans cette fausse lumière. Dans son poids, le corps, prêt à retomber à droite ou à gauche, trouvait encore de la vie. Tchen ne pouvait lâcher le poignard. A travers l'arme, son bras raidi, son épaule douloureuse, un courant d'angoisse s'établissait entre le corps et lui jusqu'au fond de sa poitrine, jusqu'à son coeur convulsif, seule chose qui bougeât dans la pièce. II était absolument immobile ; le sang qui continuait à couler de son bras gauche lui semblait celui de l'homme couché ; sans que rien de nouveau fût survenu, il eut soudain la certitude que cet homme était mort. Respirant à peine, il continuait à le maintenir sur le côté, dans la lumière immobile et trouble, dans la solitude de la chambre. Rien n'y indiquait le combat, pas même la déchirure de la mousseline qui semblait séparée en deux pans : il n'y avait que le silence et une ivresse écrasante où il sombrait, séparé du monde des vivants, accroché à son arme. Ses doigts étaient de plus en plus serrés, mais les muscles du bras se relâchaient et le bras tout entier commença à trembler par secousses, comme une corde. Ce n'était pas la peur, c'était une épouvante à la fois atroce et solennelle qu'il ne connaissait plus depuis son enfance : il était seul avec la mort, seul dans un lieu sans hommes, mollementécrasé à la fois par l'horreur et par le goût du sang.
     Il parvint à ouvrir la main. Le corps s'inclina doucement sur le ventre : le manche du poignard ayant porté à faux, sur le drap une tache sombre commença à s'étendre, grandit comme un être vivant. Et à côté d'elle, grandissant comme elle, parut l'ombre de deux oreilles pointues.
     La porte était proche, le balcon plus éloigné : mais c'était du balcon que venait l'ombre. Bien que Tchen ne crût pas aux génies, il était paralysé, incapable de se retourner. Il sursauta : un miaulement. À demi délivré, il osa regarder. C'était un chat de gouttière qui entrait par la fenêtre sur ses pattes silencieuses, les yeux fixés sur lui. Une rage forcenée secouait Tchen à mesure qu'avançait l'ombre ; rien de vivant ne devait se glisser dans la farouche région où il était jeté ; ce qui l'avait vu tenir ce couteau l'empêchait de remonter chez les hommes. Il ouvrit le rasoir, fit un pas en avant : l'animal s'enfuit par le balcon. Tchen se trouva en face de Shanghaï.




01



05




10




15




20




25




30




35




40




45




50




55




60




65





Étude menée par : 1

Problématique

Axes de résolution

ConclusionRemarque

Comparer avec l'incipit de Pollen

 

Ouverture sur une question d'entretien

Penser au genre du roman...

Un meurtre

 

 

Et si le féminin l'emportait sur...

flèche vers haut de page

Texte 2 : La Condition humaine (1933) p. 54

Lecture analytique

André Malraux
(1901-1976)

de ''L'essentiel...'' à ''...jardin. ''

« TEXTE SOUMIS AU COPYRIGHT »
« Le roman... »
A. Malraux

Malraux



Toutefois un roman peut saisir la vie pendant de courtes durées, ont affirmé des romanciers naturalistes. D'où leur expression : tranche de vie. Mais il n'y a pas de tranches de vie, il y a des chapitres.
MALRAUX, l'Homme précaire et la Littérature


Étude menée par : 1

Problématique

Axes de résolution

ConclusionRemarque

En quoi une confrontation amoureuse ?0

 

Ouverture sur une question d'entretien

Penser au titre du roman...

 

 

 

 

flèche vers haut de page

Texte 3 : La Condition humaine (1933) p. 235

Lecture analytique

André Malraux
(1901-1976)

de ''Tchen serra...'' à ''...sans s'en apercevoir. ''


« TEXTE SOUMIS AU COPYRIGHT »
« Le roman... »
A. Malraux

Malraux



Il ne s'agit pas de raconter d'autres histoires, de les raconter autrement ; il s'agit de la découverte par le romancier, de son ubiquité, de son omniscience, de sa liberté, de l'autonomie de ses oeuvres qui ne se limitent plus aux histoires et aux contes. Peu à peu, il découvrira l'existence de tout ce qui, dans le roman, n'est pas l'histoire contée.
MALRAUX, l'Homme précaire et la Littérature


Étude menée par : 1

Problématique

Axes de résolution

ConclusionRemarque

En quoi une mort exemplaire ?0

 

Ouverture sur une question d'entretien

Penser au titre du roman...

 

 

 

 

flèche vers haut de page

Texte 4 : La Condition humaine (1933) p. 306

Lecture analytique

André Malraux
(1901-1976)

de ''La dignité humaine...'' à ''...Puis, rien. ''


« TEXTE SOUMIS AU COPYRIGHT »
« Le roman... »
A. Malraux

Malraux



Au sens où tout réalisme pictural naît contre une idéalisation, le réalisme littéraire, le naturalisme plus encore, étaient nés contre le personnage théâtral. Pas seulement romantique ou classique ; au coeur de l'homme, l'appel de tout réalisme était destructeur de celui du théâtre, aboutissait au roman. D'où le constant échec de ces réalismes au théâtre, à commencer par celui de Balzac et continuer par celui de Flaubert ; alors que celui de Tchekhov, dépendance de la poésie, y réussit à merveille. Le théâtre contraignait à son réel le réalisme, qui vivait de son propre imaginaire.
MALRAUX, l'Homme précaire et la Littérature


Étude menée par : 1

Problématique

Axes de résolution

ConclusionRemarque

En quoi un sacrifice exemplaire ?0

 

Ouverture sur une question d'entretien

Penser au titre du roman...

 

 

 

 

flèche vers haut de page

Texte 5 : La Condition humaine (1933) p. 28

Lecture analytique

André Malraux
(1901-1976)

de ''Le jazz était...'' à ''...Le baron s'était assis. ''


« TEXTE SOUMIS AU COPYRIGHT »
« Le roman... »
A. Malraux

Malraux



Le roman moderne est un combat entre l'auteur et la part du personnage qu'il poursuit toujours en vain, car cette part est le mystère de l'homme. Anna échappe à Tolstoï, qui gouverne pourtant comme une symphonie, son destin perdu. Isolde n'échappe pas à Thomas, à Béroul, à leurs rivaux, bien qu'ils la différencient : non parce qu'elle leur est soumise, mais parce qu'elle les domine.
MALRAUX, l'Homme précaire et la Littérature


Étude menée par : 1

Problématique

Axes de résolution

ConclusionRemarque

Dans quelle mesure une pause dans le récit ?0

 

Ouverture sur une question d'entretien

Une ''scène à faire ?

 

 

 

 

Webdesigner
Flèche
Φ - Menu