Théâtre
Mvt littéraire (L)
Argumenter
Poésie
Roman
Réécritures (L)

Objet d'étude :
La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation
(du XVIe à nos jours)

Problématique : « Dans quelle mesure dystopie et SF, argumentent au service d'une vision de l'homme et du monde... »



[Vocabulaire pour la SF]    [Vocabulaire de l'expression logique]
[Vocabulaire pour la BD]    [Technique cinématographique]


Vocabulaire d'analyse pour l'image.

Will Eisner :
« Actuellement, la bande dessinée constitue la principale application de l'art séquentiel au support papier »
Définition aléatoire : 2 / 21

I- Vocabulaire pour l'étude de la BD

Analepse
(n.f.)

Retour en arrière (Flash back) dans le déroulement d'un scénario. Un arrêt provisoire dans l'action se produit : une scène du passé interfère sur le présent des personnages. C'est souvent une scène explicative : elle donne la cause des conséquences présentes au lecteur/spectateur.

Ballon
(n.m.)

(bulle, ectoplasme, phylactère)
Espace réservé au texte parlé ou pensé, là où le texte prend sa place et représente les paroles du discours direct. Il tire son nom de sa forme.
L'auteur peut en choisir la forme : le texte fait image, sa forme est un signal, sa spatialisation en est un autre.
(les Italiens parlent de « fumetti »).

L'appendice du ballon

Il souligne la profération (qui parle) et fait l'économie des "je dis", "dit-il"...
Il a au moins deux formes : en petites bulles (quand le personnage pense) ou en lignes (quand il parle.)

Cadrage

Notons que si le cinéma ne possède qu'un cadre (l'écran) unique, la BD a la possibilité de faire varier le sien en fonction de son sujet...

Caractérisation
(n.f.)

Procédé d'écriture qui vise à présenter (exposition, vraisemblabilisation) une nouvelle réalité (portraits, descriptions, récits) comme crédible
Un référent (scientifique, thématique, éthique) sérieux
Un décalage d'avec notre propre réalité, mais sans trop s'en éloigner : ce n'est qu'une altération plausible (anamorphose).

Comics

Nom d'origine donné aux bandes dessinées aux U.S.A. Elles étaient essentiellement des histoires drôles avant les années 1930.

Dénouement
(n.m.)

Le dénouement obéit au finalisme de tout récit : "la ligne de chance du récit se trouve orientée tôt ou tard du côté qui convient" (P. Fresnault-Deruelle) par finalité marchande et/ou culturelle

Hiatus
(n.m.)

L'espace entre deux vignettes. Ces blancs marquent soit la coordination, soit la rupture narrative (temporelle, spatiale, spatio-temporelle). Ils sont une pause dans le récit que l'imaginaire s'empresse de combler

Hypertexte (n.m.)
Metafiction (n.f.)

Tout ce qui est un "remake" : Romans, bandes dessinées, films... qui se servent de sources identifiées (hypotextes) et qui les distancient par un nouveau regard (revisitées) : le scénario de la peste blanche par exemple
(F. Herbert La Mort blanche...)

Insert.
(n.m.)

Gros ou très gros plan sur un objet qui vient « s'insérer » dans le cours normal des images. Ce brusque changement d'échelle de proportion (hiatus) vise à attirer l'attention sur un élément pertubateur du récit.

Monosémique

(De mono, seul et semieon, signe) : se dit d'un message lorsque ce dernier n'offre qu'un seul sens possible. Le contraire de monosémique est polysémique.

Onomatopée
(n.f.)

Création de mots suggérant ou prétendant suggérer par imitation phonétique ce que l'on entend : mise en mot d'un son, d'un bruit. Si dans la bande dessinée les bruits abondent, vous verrez que Chez Bilal, les personnages se contentent de hausser la voix : quelques rares "AAaaah" ou "pow" sonorisent le massacre des pages 62 à 64.
Lexique des onomatopées usuelles en BD

Planche
(n.f.)

La page originale complète au format 1 x 1 ; elle est dessinée dans un format plus grand (une fois et demie environ) que la page définitive afin de permettre un dessin, un encrage, un lettrage, un coloriage plus facile.

Récitatif
(n.m.)

Les espaces récitatifs (ou diégétiques) précisent les modalités spatiales ou temporelles du récit ("Quelques heures plus tard")

Registres de la BD
(le registre ne fait pas
le genre)

Argumentatif, didactique, épouvante, gore, horreur, ironique, polémique, satirique, violence...
(l'humour est fréquent, il est même au début de la BD son fonds de commerce !)

Scénario
des scénarii

Le récit d'origine avec les dialogues et didascalies, conçu en vue de sa réalisation pour une bande dessinée ou pour un film.

Strip

Bande horizontale de trois à quatre vignettes. Elle peut être seule (strips des quotidiens, les « daily strips ») ou faire partie d'une planche ; la planche est théoriquement divisée en quatre strips. Une mise en page plus originale verra des vignettes dépasser sur d'autres strips.

Suspens
(n.m.)

(ou suspense) Technique de narration qui consiste à créer un effet d'attente plus ou moins dramatique sur le lecteur / spectateur.

Synopsis

résumé du scénario

Séquence
(n.f.)

Une séquence, comme au cinéma, renvoie à un morceau de récit se déroulant dans une unité de temps, de sens et d'action

Steampunk
(recyclage des littératures populaires)

Courant littéraire d'aujourd'hui qui raconte « ce que serait le passé si le futur était arrivé plus tôt »
ou plus précisément « ce que serait le passé si le futur était arrivé comme dans les ouvrages de H.G. Wells »
Littérature du recyclage de textes anciens pour une nouvelle utilisation...
"le fondement même de ce genre de récits, c’est ce « point de divergence » où les événements ont emprunté une autre voie que celle que nous leur connaissons…" (D. Riche)
"le steampunk se plaît à recycler des concepts du monde moderne transposés dans la technologie d’un XIXème siècle alternatif" (JJ Girardot)

Vignette
Cartoon

Chacun des dessins encadrés dans la page de l'album.
Sorte de petit tableau synthétique représentant la réalité à un moment donné.
Le dessin animé n'est aussi qu'une succession d'images isolées.
Certaines vignettes sont dites à parole-zéro : elles "parlent d'elles-mêmes" et se passent de discours. (Animal'z p. 73)

II - La technique cinématographique

(Montrer qu'elle est auusi au service de la BD : cadrage, mouvement, montage...)

Flèche

1. Le cadrage

L'ensemble des différents cadrages s'appelle l'échelle des plans

  • Les champs

- Le champ est l'espace que l'objectif délimite lors de la prise de vues.

- Le contrechamp est la portion d'espace complémentaire de la précédente. Par exemple, si la caméra filme la scène d'un théâtre, le contrechamp montre le public vu de la scène.

- Le hors-champ comprend tout ce qui se passe hors du cadre, par exemple ce que voit ou entend un personnage, sans que le spectateur puisse voir ce que voit le personnage.

 

  • L'échelle des plans

Le dessinateur en BD exploitera le sens de ces effets par les choix de son dessin et la taille de son "écran" : la vignette
(Voir aussi Wikipédia)

-1- Plans de décor :

Le plan de grand ensemble (PGE) et Plan Général (PG) afin de montrer l'ensemble d'un décor, une vue spacieuse du paysage.
Donne des repères pour créer l'univers (topographie) du récit. Les personnages sont perdus dans ce cadre : un des plans privilégiés pour la description.

Le plan d'ensemble (PE) permet de montrer l'ensemble d'un décor, d'un paysage, dans lesquels peuvent être intégrés de petits personnages.
Il est surtout utilisé dans les scènes d'action, mais aussi pour montrer, par exemple, la solitude d'un personnage (perdu) dans un paysage désert : c'est le plan de l'exposition.

Le plan de petit ensemble (PPE) ou Plan de demi-ensemble (PDE) permet de présenter un groupe de personnages dans son environnement.
Il propose au spectateur à la fois des données objectives générales (cadre de l'action) et des situations psychologiques particulières (décor vécu comme menaçant par exemple).

 

-2- Plans de personnages :

Le plan moyen (PM) ou plan pied (PP) il présente le personnage en pied, présent dans un décor qui reste important ; plan pour de décrire le personnage, son attitude, son costume : c'est le plan du portrait.
Son rôle est multiple dans la mesure où, selon le contexte, son effet varie : simple introduction du héros ou d'un protagoniste dans un lieu qui le situe, laissant entrevoir menace, humour, attente...

Les plans rapprochés (ou mi-moyen ou demi-rapproché) ou à la poitrine (plan serré).
Ils entraînent une appréhension plus intime du personnage, de sa situation morale, psychologique : on voit (lit) mieux ses intentions, son caractère, voire ses pensées. Il est très utilisé, par exemple pour organiser une conversation entre les personnages. Il se décline en cinq modes :
  •  le plan italien coupe le personnage aux genoux.
  •  le plan américain prend le personnage un peu au-dessus des genoux : on voit les colts du cow-boy !
  •  Le plan rapproché large cadre le personnage à mi-cuisse
  •  le Plan rapproché taille (PRT) cadre les personnages à la ceinture et montre principalement ce qu'ils disent...
  •  le Plan français ou plan rapproché poitrine (PRP) qui cadre le personnage juste au dessus de la poitrine : proximité voire intimité garantie ; c'est le plan de dialogue à distance convenable. (c'était le cadrage des "speakrines" à l'ORTF)

Le gros plan (GP) cadre le personnage au visage par exemple. Il supprime les distances, favorise le rejet ou l'identification.
Il trahit les sentiments et les émotions : c'est le plan de l'analyse psychologique.
Il peut aussi mettre en évidence un objet (on parlera alors d'insert) : pour un effet de dramatisation dans le récit.

L'insert ou très gros plan (TGP), plan de montage. Brièvement, il focalise, comme une loupe, l'attention sur un objet, un geste, une expression, un détail significatif qui occupe soudain tout l'espace de l'écran : il crée souvent une dramatisation par la "vérité" qu'il révèle.

 

  • Les angles de prise de vues

Ils sont définis par l'emplacement de la caméra.

- L'angle normal est le plan pris d'un point d'observation à la même hauteur que le sujet : le décor ou les personnages sont alors présentés comme dans la norme. Vision objective ?

- La plongée est le plan pris d'un point d'observation plus élevé que le sujet. Elle permet de décrire de vastes décors et de donner une idée des mouvements et des déplacements des personnages (ou autres sujets).
Lors de plans de personnage, elle peut aussi avoir une valeur psychologique propre : les personnages vus en plongée paraissent toujours plus ou moins dominés, écrasés, d'où l'idée d'infériorité suggérée par cet angle de prise de vues.

- La contre-plongée est le plan pris d'un point d'observation se situant plus bas que le sujet. Le décor nous surplombant, il peut apparaître comme dangereux.
En plans de personnage, elle possède une valeur psychologique contraire à celle de la plongée : impression de majesté, de supériorité ou de puissance, d'arrogance ou de mépris.

 

  • Les focalisations du récit cinématographique

Elles créent la crédibilité de l'image ou de la séquence selon le "regard" qui la décripte : objectivation ou subjectivation du récit..."

- La caméra objective semble privilégiée au cinéma. Elle correspond au point de vue d'un narrateur externe (focalisation externe) : elle ne montre que ce que l'on peut effectivement voir sans "contorsion" particulière : angle normal, rien de grossissant...

- La caméra subjective, correspond au point de vue d'un personnage (focalisation interne) : elle ne montre que ce qu'est censé voir ce personnage en l'état où il se trouve (Superman atteint ou non par la "kryptonite verte" ne verra pas la même chose...)

- L'omniscience (focalisation zéro) va se développer dans le récit filmique par des effets de caméra en faisant glisser le sens de l'image : un insert pour polariser l'attention sur un élément sinon imperceptible, une voix off, une contre plongée pour accentuer le caractère menaçant d'un décor ou d'un personnage, un effet de zoom etc.

  • Les directions

face, dos, profil droit ou gauche, 3/4 gauche ou droit...

2. Les mouvements de caméra

(Ils sont simulés par le dessin dans la BD)

Flèche

- Le panoramique est le mouvement de la caméra (simulé dans la BD) qui pivote horizontalement sur son axe (de droite à gauche, de gauche à droite) ou verticalement (vers le haut ou vers le bas).
Il est dit descriptif s'il décrit le décor où va se dérouler l'action. Il est dit d'accompagnement s'il suit le déplacement des personnages et s'arrête avec eux.
Un panoramique filé est un panoramique utilisé pour joindre deux portions d'espace, mais dont la vitesse empêche la perception de l'espace intermédiaire. On veut nous cacher quelque chose.

- Le travelling est le mouvement par lequel la caméra se déplace dans le décor.
Il peut être avant (on s'approche du personnage), arrière (on s'éloigne du personnage afin de redonner de la profondeur de champ), d'accompagnement (on suit le déplacement du personnage), latéral (il décrit latéralement un décor ou une action).

- Le zoom est un travelling optique réalisé à l'aide de l'objectif-zoom, sans déplacement de la caméra : il produit les mêmes effets.

- Effet stromboscopique et ralenti... décomposition du mouvement, lenteur...
Matrix a redonné du sens à cet effet que l'on trouve même dans la publicité maintenant : mîtrise du temps et de la vitesse...
souvent à caractère humoristique dans la BD.

Les mouvements de caméra et les déplacements des acteurs dans le cadre entraînent des modifications de l'échelle des plans au cours d'une même prise de vues.
Le passage, par exemple, d'un plan moyen initial d'un personnage à un gros plan du même personnage doit être analysé au même titre que les mouvements de personnages décrits dans un texte.

3. Le montage

(Scénariste et dessinateur de BD montent leurs séquences comme un monteur au cinéma : Bilal parle de "mode narratif linéaire" pour Animal'z...)

Flèche

Une histoire peut être racontée selon différents types de montage :
- le montage chronologique (ou linéaire), qui s'attache au déroulement chronologique de l'action et des événements.

- le montage par retour en arrière (analepse ou flash-back), où l'action est coupée de retours sur des actions antérieures.

- le montage parallèle, qui juxtapose des actions éloignées dans le temps ou l'espace

- le montage alterné, qui juxtapose des actions simultanées

- le montage cut, ou coupe franche, qui fait se succéder plusieurs plans de façon abrupte, avec un effet comparable à celui de l'asyndète.
Les raccords et les fondus, au contraire, peuvent assurer l'enchaînement de plans ou de séquences. (avec un déplacement dans le temps et/ou l'espace)

- le montage leitmotiv, retour régulier d'un thème souvent symbolique autour duquel l'action s'organise. (voir Animal'z, quatrième de couverture)

 

Webdesigner
Flèche
Φ - Menu